Clément Lerebours – Par amour de la galette


Il trace son sillon, Clément Lerebours. Le jeune Choisyen a créé sa propre boutique de vente de disques en ligne. Une gageure avec la crise sanitaire.

Vous vous souvenez des 33 tours ?
Et des 45 tours ? Et puis un jour, les disques en vinyle ont disparu, remplacés très rapidement par les CD. « Moi, j’ai toujours écouté des vinyles, s’amuse Clément Lerebours. Quand j’étais tout bébé déjà, mon père me faisait écouter des comptines en vinyle. » Le jeune homme de 32 ans n’a jamais abandonné son premier amour. Il a acheté son premier disque à 13 ans, un 33 tours évidemment. Il ainsi fait sa propre culture musicale en y engloutissant son argent de poche et en allant à la médiathèque d’Alençon. « En fait, le disque ne s’est jamais vraiment arrêté, constate ce
passionné, mais c’est vrai que depuis 2013, il revient en force. » En France, le vinyle a représenté 25 % des ventes de disques en 2019, un chiffre record depuis les années 1990.

Tout pour la musique
Pas de quoi surprendre notre amateur ! « Les disquaires l’ont toujours défendu bec et ongles, ajoute Clément Lerebours. C’est une façon unique d’écouter de la musique. » Sa play-list du moment ? Le rappeur MF Doom, qui vient de décéder. Il vibre aussi sur la nouvelle scène de jazz anglais, l’album « Black Focus » de Yussef Kamaal, ou encore la house de Byron the Aquarius. « “Troupeau Bleu”, du groupe Cortex, tourne aussi souvent sur la platine. »
Cette passion, cette connaissance musicale, le jeune homme entend bien en vivre. De son père, il a gardé le goût des musiques de film et du jazz. Son beau-père lui a fait découvrir les musiques électroniques. En 2015, après ses études de communication, Clément Lerebours s’oriente vers le secteur musical. En octobre 2019, il crée sa propre entreprise : Feel Good Vinyl.
Fin décembre, le disquaire en ligne comptait déjà plus d’une centaine d’abonnés. Il vend des disques à l’unité et propose par ailleurs une « box », un abonnement mensuel de vinyles sélectionnés avec soin parmi les nouveautés d’artistes et de labels indépendants. Il invite régulièrement les acheteurs à passer récupérer les disques chez lui. « Cela fait dix ans que j’habite à Choisy. J’ai un magnifique appartement, très ensoleillé, avec vue sur la Seine, à 15 minutes du centre de Paris ! Le rêve ! »

Vivre de sa passion
« Cela fait juste un an que la société existe, rappelle Clément Lerebours . Il y a un côté chasse aux trésors. J’écoute les nouvelles sorties et sélectionne les coups de cœur, ce qui pourrait plaire aux clients. J’essaie de mettre en avant des artistes venus de labels indépendants, qui mêlent disco, jazz et house chaleureuse. Il y a des artistes excellents sur la scène colombienne ou russe. »
Mais les temps sont durs pour les rêveurs. Le confinement aura réduit sa rémunération. « La crise sanitaire n’a pas aidé au développement de la marque, dont la moitié devait provenir de l’évènementiel. Je suis aussi DJ depuis plus de douze ans et cela me manque  beaucoup de ne plus partager de la musique avec le public, hélas comme tant d’autres », regrette Clément Lerebours. Il s’est d’ailleurs résolu à chercher un autre travail le temps de se renflouer, tout en rêvant de faire ses propres compilations. L’année prochaine avec un peu de chance…

Plus d’infos : 
feelgoodvinyl.com



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer l'audience de nos sites. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies veuillez cliquer sur Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer