L’imprimerie des Gondoles : Et la CNT imprima à Choisy


Pendant 50 ans, l’imprimerie des Gondoles a été le lieu où furent imprimés les journaux et documents de la CNT, syndicat espagnol d’inspiration libertaire. C’est de là que chaque semaine sortait entre autres l’hebdomadaire Solidaridad Obrera.

80 ans après la fin de la guerre d’Espagne, mais aussi 75 ans après la libération de Paris, la ville de Choisy-le-Roi et l’Association 24 Août 1944 vous invitent à retracer l’empreinte de ces événements dans la réalité locale :

  • Découvrez « La fabuleuse histoire de l’Imprimerie des Gondoles », film documentaire réalisé en 2020 par Richard Prost, en collaboration avec le service des Relations publiques – Vie internationale et l’Association 24 Août 1944.

 

A (re)découvrir également :

  • L’exposition urbaine « 1939-2019 : Mémoires et traces des réfugiés espagnols à Choisy-le-Roi », réalisée en 2019 par les services municipaux des Archives et Relations publiques – Vie internationale, en collaboration avec l’Association 24 Août 1944.
    >> (Re)découvrir l’expo
  • Le dossier « L’Imprimerie des Gondoles : Et la CNT imprima à Choisy », Choisy Infos – n°193 – Novembre 2015
    >> R(e)lire le dossier complet
  • Le film documentaire « La Nueve ou les oubliés de l’histoire », d’Alberto Marquardt (1h52)
    Les premiers soldats de la France libre à entrer dans Paris occupé le 24 août 1944 étaient des Républicains espagnols de la Nueve (La 9e compagnie de la 2e DB). Antimilitaristes mais engagés contre le fascisme depuis juillet 1939, ils ont continué leur combat pour la Liberté. Parmi eux, Martin Bernal qui fut cordonnier à Choisy-le-Roi, rue Emile-Zola et José Cortés, également cordonnier rue Jean-Jaurès.
    L’histoire les a oublié plusieurs fois, oubliés d’aller déloger Franco dès 1945, oubliés dans le récit de la victoire contre le nazisme.
    Alberto Marquardt leur rend les honneurs.
    Ce documentaire est présenté avec, en bonus, des entretiens d’historiens et de témoins vivants.

  • Le film documentaire « L’exode d’un peuple », de Louis Llech et Louis Isambert (0h36)
    Début 1939, près de 500 000 républicains espagnols fuient l’avancée des troupes franquistes vers la France. Louis Llech, commerçant perpignanais et cinéaste amateur, possède une caméra 16 mm. Il va filmer, avec son ami Louis Isambert, La Retirada.



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer l'audience de nos sites. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies veuillez cliquer sur Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer